jeudi 22 mai 2014

LE MUSEE DE LA FEMME,  L'AVENIR DU FUTUR ...

LE MF MISE SUR LA PROXIMITÉ
C’est pour VOUS et grâce à VOUS, institutions publiques ou privées, entreprises et particuliers que le Musée de la Femme peut assurer les missions de sauvegarde, de conservation, de promotion de la condition féminine et de mise en valeur du récit des femmes.


Fondé en 2007, le Musée de la Femme du Québec a ouvert ses portes au public, en 2008 à Longueuil. Il est le 1er du genre au Canada et 8e sur plus de 45 Musées de Femmes dans le monde. Incorporé comme une entreprise d’économie sociale1],le musée vise à sensibiliser le public au sujet de la contribution des femmes dans développement du Québec et du Canada.  Le Musée de la Femme est, entre autres, membre de la Société des musées québécois[2] , de l’Association des musées canadiens[3] et des Musées de femmes[4].

MISSION

Célébrer les femmes : « valoriser le féminin, son histoire et son dynamisme[5] ! ». Le Musée de la Femme a pour objectif de promouvoir la condition féminine, par ses expositions permanentes et temporaires, des acquisitions, des formations et d’autres activités d’animation. Il permet le renforcement et la consolidation de la participation des femmes dans la vie publique, économique et sociale.

OBJECTIFS

Le Musée de la Femme se veut un musée de qualité, durable et chef de file pour ce qui relève de la conservation et la diffusion du récit des femmes. Il raconte les femmes, car « bien trop de femmes dans bien trop de pays parlent la même langue : le silence[6] ». En rendant l’histoire des femmes audible et accessible à des publics variés, de tous âges, il contribue aux efforts vers l'égalité hommes/femmes et participe au renforcement du leadership des femmes.

FONCTIONNEMENT              
Les activités de production de recettes du musée visent à appuyer la réalisation de ses objectifs en complément des subventions et des sommes obtenues auprès du secteur privé. Le musée organise un éventail de projets de financement, notamment les adhésions, les dons annuels, les commandites, les événements spéciaux et la location de salle. Ses recettes proviennent également des droits d’entrée et de la vente des catalogues et de produits dérivés publiés par les éditions MF, des événements spéciaux et de la programmation éducative.

De façon plus détaillée, les revenus du musée proviennent de :
1.      9% du gouvernement du Québec
2.      33% de la Ville de Longueuil (depuis 2013 0% - fin du soutien au musée)
3.       37% des commanditaires
4.      19% des revenus générés
5.      2% d’autres sources (depuis 2013 - 35% soutenu par la fondatrice)

RÉALISATIONS

L’importance et la pertinence d’une institution muséale consacrée aux femmes a été soulignée à maintes occasions[7]. Après cinq ans d’existence, l’équipe du Musée de la Femme, composée majoritairement de bénévoles, peut s’enorgueillir de ses réalisations, de l'appui du public et de son rayonnement aux niveaux local, national et international.
Au fil des ans, le Musée de la Femme a reçu une importante couverture médiatique. Toutes ses expositions et activités connexes ont fait l’objet de mentions, voire d’articles importants dans les journaux, sur des sites Internet ou à la télévision[8].

PRÉVOIR LE FUTUR

Pour le futur, le Musée de la Femme désire être à la hauteur de la contribution des femmes !
Pour ce faire, il doit :

  • rallier le public par le développement optimal d’activités visant à démocratiser la culture ;
  • aller à la recherche de partenaires ;
  • augmenter sa visibilité par la diffusion de sa collection grâce à une plus grande circulation de ses expositions itinérantes ;
  • mettre en place des activités d’autofinancement ;
  • augmenter les ressources humaines dédiées à l'accueil et à l'animation, de manière à exploiter toutes ses potentialités et bonifier son offre d’activités éducatives.
Son engagement est :

  • d’être relocalisé dans un espace sécuritaire et pérenne ;
  • de promouvoir une lecture mixte de l'Histoire et un autre récit que celui dans lequel les femmes ne sont mentionnées que fugitivement ;
  • de conserver et de préserver sa collection pour les générations futures ;
  • de contribuer au renforcement et la consolidation de la participation des femmes dans la vie publique, économique et sociale ;
  • de faire de la condition féminine une question d’actualité ;
  • de faire la démonstration que la CULTURE peut être forte et rentable.

 




[1] « Une entreprise d’économie sociale est une entreprise qui produit des biens et des services de différentes natures et qui répond simultanément à des besoins sociaux comme l’intégration sociale et professionnelle de personnes handicapées, l’offre de services de proximité, la création d’emplois, la préservation de la vie culturelle locale, l’amélioration de la qualité de vie, etc. L’entreprise d’économie sociale est la propriété collective de ses membres. C’est pourquoi elle prend des formes juridiques telles que les coopératives, les mutuelles et les organismes à but non lucratif à vocation marchande. Mues par des principes d’intérêt collectif et de démocratie, ces entreprises sont bien ancrées dans leur milieu et contribuent à l’occupation et à la vitalité des territoires ».
Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire. (2013). Grands dossiers, Économie sociale, Responsabilité gouvernementale. En ligne. [http://www.mamrot.gouv.qc.ca/grands-dossiers/economie-sociale/responsabilite-gouvernementale/].
[2] Société des musées québécois. (2013). Musée de la Femme. En ligne. [http://www.smq.qc.ca/mad/guidemusees/fiches/institution.php?ID=50-55-166600].
[3] Association des musées canadiens. (2011). Accueil. En ligne. [/Downloads/2011_C32_presentation_fr.pdf].
[4] The network of the women´s museums. (2013). About us. En ligne. [http://www.womeninmuseum.net/blog/?page_id=2].
[5] Lydie Olga Ntap, fondatrice du Musée de la Femme.
[6] SENGUPTA, Anasuya, Shamillah Wilson et Kristy Evans (2006). Defending Our Dreams: Global Feminist Voices for a New Generation. Grand-Bretagne : Zed Books. 288 p.
[7] Notamment dans : MAHEU, Marie-Eve. (8 mars 2012). « Longueuil, berceau du premier musée de la femme au pays ». Ici Radio-Canada.ca. En ligne. [http://blogues.radio-canada.ca/rive-sud/2012/03/08/musee-femme-longueuil].
[8] Couverture médiatique en 2010 - 2014 : La Presse, Le Devoir, Le Courrier du Sud, Rive Sud Express, Point Sud, La Relève, Canoë, Bel Âge, Le Voir, RDI - Radio canada, TVA, TVRS, TV5, Le Montréal Africain, 12 articles en France, en plus de vidéos sur Youtube (3 expositions itinérantes; Ciné-femmes).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

CRÉER DU LIEN ... A-MUSÉE-VOUS !

« On aurait pu rester frangines .. » a chanté en 1979 Anne Sylvestre sur la rivalité féminine. Et oui, il existe des idées pré...